FASHION WEEK - Fashion week Paris - déc 20 2011

Paris fashion week, les pigeons, les hauts talons et une famille formidable

-

Bonjour à tous. En allumant mon ordinateur, sont apparues sur mon écran en vignettes des photos que j’avais mises de côté pour je ne sais quelles raisons. Comme elles y sont depuis un moment, je me suis dit : « Autant les publier maintenant plutôt que de les laisser dormir ». Les publier, ok, c’est facile. Mais que vais-je pouvoir raconter à leur sujet ? En les examinant de plus près, j’ai alors compris pourquoi je les avais mises de côté. C’est parce que j’ai appris l’art de la photo street style sur le tas, que je continue d’ apprendre de photo en photo. C’est parce que j’ai réalisé des centaines de reportages télé avant de faire de la photo, que j’essaie d’y intégrer des histoires humaines dans chacune d’elle. Et c’est pour cette raison que j’avais mis de côté ce petit échantillon de photos street style et fashion week.

Paris fashion week et ses « hommes perdus »

J’aurais aussi pu intitulé cette photo : « Le pouvoir hypnotique de la fashion week, de la mode ou de ses hauts talons ». Pour être honnête avec vous, je ne peux me souvenir que de 10% maximum des photos que je prends. Je ne me souvenais plus de celle-ci donc. Mais l’avantage de mon style photographique humaniste et documentaire fait que quelque soit la photo ou la série de photos que je redécouvre, j’en devine immédiatement la raison de son existence.

Sur cette photo, il y a 2 aspects à prendre en compte : 1 – la réaction de notre « héros » vis à vis de la demoiselle stylée prise en photo. Sa réaction d’étonnement est à la fois due aux hauts talons portée par mademoiselle (regardez le regard que leur porte notre héros) et au contexte de la situation : une horde de photographes l’encerclent et la bombardent de photos. Notre héros vient du pays du soleil levant (Japon !) où les femmes n’ont pas la même morphologie que les européennes et encore moins les fille du Nord (La Suède, pas Dunkerque !!)

2 – Le cadrage : je n’ai qu’1 à 2 secondes pour prendre cette photo. J’avais remarqué la situation et comme je prends mes photos sous un filtre scénaristique, humain, je détermine au plus vite qui sont les personnages d’importance à prendre en photo. dans cette situation il y a : notre héros, les hauts talons et les photographes. Je dois donc très vite me placer et choisir mon cadre car d’une seconde à l’autre, tous les protagonistes vont bouger. Et en photo, bouger d’un seul cm et c’est tout un angle de vue qui peut être bouché ou un personnage disparaître de votre cadre. Conseil pour ceux qui veulent arrêter le street style superficiel pour passer au street style humaniste : toujours prendre une photo un contexte et des relations humaines !!!

Paris fashion week : le pigeon qui avait peur qu’on le reconnaisse.

Qui dit Fashion weeks dit jolies femmes, jolis styles, hauts talons, it bags, copines, mais aussi pigeons ! Les pigeons ont peur de moi. Comme ils savent que je construit mes photos d’un point de vue relation humaine ou relation avec ce qui nous entoure, ils se doutent bien que si j’en aperçois un dans les parages, il a de forte chance que je considère sa présence comme une cerise sur le gâteau. Souvenez-vous de celle-ci, durant la New York fashion week de septembre :

Si en plus je les fait passer pour des pervers en les montrant se balader sous les jupes des (jolies) femmes, forcément ils ne sont pas contents et détalent comme des lapins.

Nous sommes à Paris cette fois et monsieur le pigeon n’était pas sous une jupe mais était tranquillement en train de draguer une jolie femme. Il s’était posé sur son épaule et la faisait rire en lui racontant des blagues de pigeons ou ses derniers exploits amoureux. Mais moi, je savais qu’il était marié et s’était déjà marié, séparé 5 fois auparavant. Je le fixe dans mon objectif, fait ma mise au point, actionnant le moteur interne de mon appareil et… ce con, il a entendu le moteur. Un pigeon a une ouïe très fine vous savez. c’est pour cela que vous avez du mal à les écraser ou les rattraper quand ils vous chient dessus. LOL. Il tourne la tête aussitôt, me fixe droit dans les yeux et me lache un « : « Toi encore connard ! Hors de question de me retrouver dans Voici ! » . Et il s’est envolé aussi rapidement qu’un éclair. Mais pas assez vite pour moi, héhé.

Il n’y a pas que l’histoire de ce pigeon dragueur dans cette photo, il y a aussi le contexte de la fashion week : regardez bien les bords de la photos. Qu’y voyez-vous ? Ce sont ces petits détails qui donneront à vos photos une dimension supplémentaire, une humanité, une profondeur qui résonnera encore en vous et vous émouvront toujours longtemps après.

J’aurais voulu vous parler d’une belle rencontre street style dans les rues de Paris,

mais je n’ai plus le temps, je dois filer. je vous réserve cela dans l’article que je dédierai aux enfants et que je vous avais promis. Je réfléchis aussi à un article pouvant inspirer vos tenues et vos styles pour ces fêtes de fin d’année.

A vous de m’influencer, de me motiver. Allez ! Je file. A ce soir pour un nouvel article. N’hésitez-pas à partager cet article, à le liker afin que je sache si ce genre de petits articles vous plaît.

————-

facebook.gif

Leave a comment




Daily dose of happiness

Women who make New York fashion week fun, exciting and gorgeous

Latest slideshow

16- Models Can Smile ! And I’m Happy…

Have dreams but don't forget to achieve them - Kamel Lahmadi, Founder

Copyright © 2014 Style & the City - Wisdom and the City